Review on Lisa Mandel's "HP"

Cet album est une contribution originale à la bande dessinée documentaire et historique. Originale d’abord par son objet, la psychiatrie, dont on n’imaginait pas nécessairement qu’elle serait un jour illustrée de cette manière. Originale, ensuite, car ce n’est pas la grande histoire qu’elle cherche à documenter, l’histoire des grandes figures et réalisations de la discipline, mais au contraire le quotidien de l’hôpital psychiatrique, vu par des acteurs auxquels on donne aujourd’hui encore rarement la parole, les infirmiers, et qu’elle s’attache à décrire ce quotidien dans ses aspects les plus banals et triviaux. Originale enfin car elle rompt avec le réalisme auquel a d’habitude recours la bande dessinée documentaire. Et c’est précisément ce qui fait la force de cet album, et singulièrement sa force documentaire : non pas ou pas seulement car cela permet à Lisa Mandel de faire sentir ou voir le fantasme, le délire, la folie en un mot, parce que le dessin et l’imaginaire la libéreraient des contraintes de la vraisemblance ; mais surtout car cela lui permet de représenter la folie dans sa dimension la plus sordide et de donner à voir une réalité dont il n’est pas certain qu’elle ait jamais été mise à l’écran ou sur papier : les corps dégradés des personnes souffrant de maladie mentale au long cours, que ce soit les corps nus d’hommes et de femmes âgés, gâteux et dément, dans leurs déjection dans leur lit, ou les corps bavant et agités de spasme, de tremblements des malades neuroleptisés. Ce faisant, ce réalisme à la fois objectif et abstrait situe cet album au-delà du romantisme mais aussi du misérabilisme qui caractérisent souvent les témoignages et histoires de la psychiatrie, et lui permet de restituer l’épaisseur d’une certaine expérience de la maladie mentale.

L’album se présente comme un témoignage brut, recueilli à la source par l’auteur auprès de ses parents et d’amis et collègues de ces derniers, tous entrés en psychiatrie au même moment dans le même établissement de la région marseillaise. Les premières pages dressent un portrait des protagonistes de l’album et des raisons qui les ont conduits à embrasser la carrière d’infirmier psychiatrique – raisons rarement motivées par un choix ou une vocation personnelle. Le corps de l’album est le récit de la découverte par ces – alors – jeunes infirmiers de l’hôpital où ils font leurs premières années de métier. Il est constitué d’une série de bandes d’une à trois pages qui sont à la fois une série de saynètes ou d’histoires et la description de différentes facettes de la vie hospitalière. Si certaines sont comiques et d’autres relèvent plutôt de l’humour noir, les plus nombreuses, et les plus nombreuses à mesure que l’on avance dans l’ouvrage, ressortissent plutôt au genre du conte moral, et visent à illustrer en de courts récits les dilemmes et les difficultés auxquels doivent faire face les infirmiers sans être le plus souvent armés pour y apporter une réponse.

L’hôpital que découvrent ces jeunes infirmiers, c’est « l’asile » et l’ouvrage s’ouvre de fait sur une citation du premier article de la loi de 1838 fondatrice du système asilaire en France, seule incursion dans l’histoire antérieure aux années 1970. Quelques pages décrivent les moyens thérapeutiques mis en œuvre – l’auteur résume en particulier de manière très didactique la philosophie du soin comme régression et reconstruction à l’œuvre en France à l’époque -, d’autres présentent certains patients types d’un hôpital de l’époque. La plupart s’attachent à décrire finement les différentes formes de violence ordinaire dont sont victimes les patients. Violence faite du manque de moyen lorsque l’absence de draps de rechange oblige à réutiliser ceux qui viennent d’être souillés pour faire un lit. Faite de la bêtise des infirmiers lorsque ceux-ci profitent de leur position pour humilier, battre, voire voler les patients. Nourrie de leur angoisse et de leur faiblesse lorsque face à un patient lui-même violent, non content de le maîtriser ils lui « passent » littéralement leur peur sous forme de coup ou d’humiliation. Violence pateline lorsque sans chercher à mal certains infirmiers développent pour passer le temps des jeux humiliants ou dégradants pour les patients qui en sont les victimes parfois consentantes – comme celui-ci, inventé par un prodige de la pétanque, consistant à déloger d’un jet de boule un cochonnet placé sur la tête d’un patient, protégée par un vieux casque militaire, faisant de cet infirmier le Guillaume Tell de l’hôpital pour le plus grand plaisir de tous, patients y compris…

Si la description se veut objective, sans chercher ni à condamner ni à justifier les infirmiers mais en restituant seulement leur quotidien et les questions que celui-ci soulève chez eux, l’hôpital est analysé comme un système dont les différents acteurs ne sont pas libre d’agir comme ils pourraient le vouloir. En cela, l’album garde la marque des théories de psychologie sociale en vogue dans la psychiatrie de l’après guerre, qui décrivaient l’hôpital comme un champ de relations sociales animé par certaines lois ou règles générales. A ceci près que cette dynamique de groupe est ici toujours négative, là où précisément les psychiatres pensaient pouvoir la détourner pour en faire un facteur de traitement des malades. Quoi qu’il en soit ces descriptions dessinent en creux une vision idéale de la psychiatrie : la distance cultivée par l’auteur avec les techniques et les savoirs psychiatriques – par exemple en insérant un glossaire de termes marseillais là où l’on attendrait un glossaire de termes psychiatriques – suggère de fait que la matière psychiatrique est d’abord faite de sentiments et de relations humaines avant que de techniques.

L’ensemble donne une vision à la fois riche mais aussi forcément partielle de la psychiatrie telle qu’elle se pratiquait dans un établissement psychiatrique français dans les années 1970. On peut par exemple s’étonner voire regretter la justification simple que l’auteur donne de l’hospitalisation psychiatrique, comme moyen d’écarter les malades : l’entrée en psychiatrie a toujours été un processus complexe, douloureux, pour les malades comme pour leurs proches, et les hospitalisations sous contrainte n’ont jamais été des décisions simples. Sans doute la position des infirmiers, éloignés du contact des familles lorsqu’ils étaient cantonnés à l’hôpital comme c’était le cas avant l’avènement de la psychiatrie communautaire – et encore pour un certain nombre d’entre eux après – ne leur permettait-elle pas d’appréhender cette réalité dans sa richesse. On peut surtout s’interroger plus profondément sur la morale que l’auteur commence à dégager à la fin de l’album. Les dernières vignettes annoncent l’avènement d’une autre psychiatrie à venir dans les années 1980, dans laquelle ces infirmiers ont pu élaborer leur vocation véritable. Ce faisant, ces dernières pages donnent une coloration spécifique à l’ensemble de l’album : en faisant des travers qui y sont décrits une série de déviations dont l’auteur suggère que le tournant des années 1980 les aurait renvoyées à un passé révolu. L’histoire de la psychiatrie regorge de ces moments charnières de sortie de l’asile, dont il faut toujours interroger la texture – on pense ici à l’analyse par Gladys Swain de la libération des fous par Pinel. Les années 1970 correspondent sans doute à une série de transformations profondes dans les pratiques de soin, qui ont pris effet à des rythmes différents dans les différents établissements de France : on pense au recrutement d’un grand nombre de médecins qui viendront renouveler les cadres et apporter de nouvelles manières de faire, l’arrivée de nouvelles générations de travailleurs sociaux et de psychologues, la mise en place de pratiques de psychiatrie communautaire. On peut se demander cependant si ces changements si massifs soient-ils ne contribuent pas à assombrir le tableau que les acteurs font de la psychiatrie précédente. Après tout le sentiment d’avoir vécu la période de l’asile n’est-il pas une reconstruction mémorielle, une défense personnelle face à la sensation d’avoir contribué à faire advenir un mieux par la suite ? Sans doute est-il encore trop tôt pour juger : on attend pour cela le second album. Dès à présent cependant ce volume apparaît comme un document original à verser à l’histoire de la psychiatrie.

Nicolas Henckes

Lisa Mandel, HP – L’asile d’aliénés (Paris: L’Association, 2009), ISBN: 978-2844143167, 13€

"The game of death"

This evening, France 2, a French public national television channel, will broadcast a documentary inspired by the Milgram experiments in the 1960s. « Le jeu de la mort », signed by Christophe Nick, transposed to the television the experiment at Yale University by Stanley Milgram in the 1960s to probe the mechanisms of the submission of the Nazi Germans. For this experiment, 80 volunteers who had never attended a game show were recruited. They were told that they participate at a new entertainment-show called « Xtreme Zone ». The goal: to submit a candidate – in fact a comedian – to a series of questions. The punishment? An electric shock ranging from 80 to … 460 volts. With each wrong answer, the public also recruited, cries « punishment ». . 80% of questioners go to the end of the game as it becomes a torture session. Only 16 candidates have abandoned the game resisting the authority of television. The documentary has raised a major debate in France on reality shows and the power of television.

You find the webpage of the documentary here.

Review – La méthode Coué

For decades, the shifts on the field of psychotherapy have produced an ever sharper historical demarcation of ‘the’ discipline of psychology. Whereas the rising hegemony of psychoanalysis during the Trente Glorieuses has produced a hegemonic understanding of the history of Freudian therapy, the so-called ‘guerre des psys’ during the 1990s has only further stressed the perceived antagonisms between psychoanalysis on the one hand and cognitive and behaviorist psychologies on the other. At the same time, however, historians of psychology have been questioning the firmness of these boundaries. Ever more, mutually exclusive categories have been analyzed as historical constructs, inherent to the making of scientific discipline. Even if the American historian Frank Sulloway often figures as the most radical proponent of this deconstruction, his provocative Freud, Biologist of the Mind. Beyond the Psychoanalytic Legend (New York 1979) represents only one out of many attempts to lay bare the merely undefined character of key concepts such as the ‘unconscious’ during the first decades of the twentieth century. What was to become a war zone of theory, has once been a field of intense interaction between such different driving forces as Naturphilosophie, experimental science, medicine, religion and even esotericism.
Hervé Guillemain, in a well documented and imaginative account on the French therapist Émile Coué (1857-1926), lays bare a similar framework of interwoven ‘psychological’ tendencies at the beginning of the century. After having studied the two way traffic between religious healing practices and medico-psychological practices in his powerful doctoral thesis Diriger les consciences, guérir les âmes. Une histoire comparée des pratiques thérapeutiques et religieuses, 1830-1939 (Paris 2006), the French historian of psychology has turned to the ‘unidentified historical debris’ of the méthode Coué and its mantra-like recipes of ‘conscious autosuggestion’. Formulas of the sort “Every day, in every way, I’m getting better and better” are traced back to the historical reality of Coué’s therapeutic practice and to the contemporary cliché in which ‘Coué’ figures as a metaphor for the ridicule of exaggerated voluntarism (esp. in France). In Guillemain’s account, the development of Coué method is carefully reconstructed from Coués interferences with the famous Ecole de Nancy (and especially with Ambroise-Auguste Liébeault) before and during the First World War, to the remarkable Anglo-Saxon success of the therapy during the 1920s, the complex struggle for Coué’s legacy during the 1930s and the rapid eclipse of the Coué ‘school’ after the Second World War.
Quite convincingly, Guillemain demonstrates to what extent the contemporary ‘unidentified’ (and ridicule) character of the Coué method reflects its simultaneous tributary to fields that have become completely antagonistic in the course of the century. Guillemain lays bare, for example, Coué’s careful distancing towards the practices of magnetism, hypnosis and suggestion in which his method was nevertheless firmly rooted. Coué took refuge in a ‘conscious’ and ‘client-driven’ approach at a time when the perceived unhealthy authority of hypnotic healers was put under increasing religious and medical scrutiny. In a similar manner, Guillemain discusses the specific representation of the ‘unconscious’ that was put forward by Coué. Although this kind of purely reactive, reassuring and joyful ‘unconsious’ was clearly distanced – both by Coué and Freud himself – from psychoanalysis, many patients as well as some psychoanalyst practitioners nevertheless preferred it above the ‘demonic’ Freudian unconscious.
Whereas Guillemain discusses this disciplinary interweaving as well as the religious connotations of ‘Couéism’ with great care, its socio-political context is touched upon more superficially. Although the implicit presentation of ‘Couéism’ as a Totem of the ‘return to normality’ in the veteran cultures, the urban consumerist and professional cultures of postwar society may look sound, some readers might like to learn more about the specific gendering of the Coué movement. The attested prominence of female assistants around Coué suggests smooth integration at a time when the psychological ‘profession’ yet proved highly inaccessible for female students. It remains unclear, however, in what manner these women figured as idols of religious servility or as New Women who took advantage of the ‘method’ in their urban lives and at the office. Again, ‘La méthode Coué’, functions as a crowbar to resist easy though a-historical categorization. It is clear that Guillemain has opened up much more than a seemingly ‘insignificant object’.

Evert Peeters, SOMA

Hervé Guillemain, La méthode Coué : histoire d’une pratique de guérison au XXe siècle (Paris: Seuil, 2010).  978-2020993425, 21 €.

La revue Pratiques sur l'enfermement

The French journal Pratiques publishes an extensive analysis of the confinement’s strategies in psychiatry and prisons. Articles have been written among others by the sociologist Loïc Wacquant and the philosopher Alain Brossat.

The website of the journal is here.

The summary of this edition is here.

Review – L'asile aux fous

La publication de photos du psychiatre français Roger Camar est l’occasion pour une équipe dirigée par Philippe Artières et Jean-François Laé de nous livrer quelques réflexions sur la psychiatrie au 20e siècle.

Roger Camar, entre autres élève de Paul Sivadon, photographie pendant sa carrière les hôpitaux dans lesquels il travaille et les gens qui y vivent. Deux enveloppes, une intitulée « Perret-Vaucluse » l’autre « Tunisie » ont été conservées. Une trentaine de clichés se retrouvent publiés dans ce très bel ouvrage.

Les articles qui constituent la deuxième partie du livre, contextualisent les photos touchantes. Jean-Christophe Coffin nous décrit la psychiatrie postcoloniale. Mario Colucci nous dresse l’histoire d’un lieu – Gorizia – qui va marquer Camar par son côté symbolique: en effet Gorizia est le lieu de départ de l’antipsychiatrie italienne. Philippe Artières souligne, en s’intéressant à la prise d’image extrêmement normée dans les hôpitaux psychiatriques, combien ces photos de Roger Camar sont exceptionnelles: contrairement aux clichés bien connus qui montrent l’ordre rétabli grâce à l’hôpital ces photos-ci donnent un accès aux conditions de vie souvent déplorables et chaotiques des asiles dans les années 1950. Finalement Jean-François Laé publie une très belle réflexion sur le lit comme dispositif de l’institution totale. En partant des nombreuses photos qui montrent le lit dans l’institution, il montre toute l’utilité à s’intéresser de plus près à la matérialité de ces éléments quotidiens qui constituent un hôpital. 

Benoît Majerus

Philippe Artières and Jean-François Laé, eds., L’asile aux fous. Photographies de Roger Camar (Paris: Presses Universitaires de Vincennes, 2009), 978-2842922306, 18 €

Transsexualisme et psychiatrisation


Deux points nodaux entourent la déclaration politique de Roselyne Bachelot, ministre de la Santé, sur une éventuelle dépsychiatrisation via sa sortie des « affections de longue durée » de la classification de la Sécurité sociale ? L’une concerne le statut médico-légal de la psychiatrie (en quoi la psychiatrie est-elle compétente ?) et le statut de « maladie mentale » apte à distinguer le sain du pathologique, le « normal » de « l’anormal ». Dépsychiatrisation ou déclassification administrative de la prise en charge ? Comment vont être régulées les transitions médico-chirurgicales et juridiques ? Que « dépsychiatrise-t-on » derrière cette déclassification, s’interroge la communauté trans ? En question, le statut des liens entre médicalité et légalité et la contestation de terrain soulevant la « psychiatrisation des différences » sur le mode de l’inégalité des « sexes sociaux » et l’ethnicisation majorité/minorité d’une partie de la population dans une démocratie moderne. Plus largement, le débat d’idées sur le terrain des identités sexuelles concurrencées conceptuellement par les « identités de genre » décrit dans la déclaration des principes de Jogjakarta[1] et plus récemment le rapport de Thomas Hammerberg[2] reliant le fait universel « trans » aux droits universaux de l’Homme.

Historiquement et depuis les travaux de Harry Benjamin en 1953 distinguant homosexualité et transsexualisme à la version IV du DSM remplaçant  « trouble mental » par « trouble de l’identité de genre », la définition n’a cessé de dédiagnostiquer le « sujet mental » en « sujet social ». Tout se passe comme si, rendu visible, il se défaisait  du cadre qui l’avait constitué en le plaçant dans une aporie conceptuelle hésitant entre soins et mutilation, délire et énigme et constituant le différent en Autre, premier pas vers une « affection » non constituée cliniquement. Le cadre « psychiatrique » semble désormais brûler la délégation politique à l’instance psychiatrique chargée de son contrôle au cas par cas. De psychiatrique, l’objet n’en a que le nom de l’instance et la forme de son contrôle via un protocole dont le seul rôle est le contrôle de la conception de la « différence des sexes » régulatrice d’un type de société. Retour sur un historique que propose Karine Espineira[3] :

En 1953, le Dr Harry Benjamin[4] décrit le transsexualisme comme une entité nosographique qui n’est ni une perversion, ni une homosexualité : « Le transsexualisme est le sentiment d’appartenir au sexe opposé et le désir corrélatif d’une transformation corporelle ». En 1968, Robert Stoller définit à son tour le transsexualisme comme « la conviction d’un sujet biologiquement normal d’appartenir à l’autre sexe ; chez l’adulte, cette croyance s’accompagne, de nos jours, de demandes d’interventions chirurgicale et endocrinienne pour modifier l’apparence anatomique dans le sens de l’autre sexe »[5].

En 1982, René Küss donne cette définition[6] : « Sentiment profond et inébranlable d’appartenir au sexe opposé, malgré une conformation sans ambiguïté en rapport avec le sexe chromosomique et besoin intense et constant de changer de sexe et d’état civil ». En 1984, le DSM-IIIR classe le transsexualisme dans les troubles de l’identité sexuelle[7].

En 1987, Charles Frohwirth, Jacques Breton et A. Gorceix  reprécisent[8] : « Le transsexualisme est une affection mentale rare qui consiste, chez un sujet normalement constitué, en la conviction d’appartenir au sexe opposé. Cette conviction est précoce, permanente et inébranlable.

Les définitions posent toutes le « sujet trans » dans ce rapport à la binarité biosociale que recoupe les Descriptions cliniques et directives pour le diagnostic[9] dont les concepts sont empruntés aux discours pathologisant l’homosexualité. Ainsi, « l’inversion de l’identité sexuelle » devient-elle un « trouble de l’identité sexuelle ». Notons également que le point A soutient/produit la définition B : A. Identification intense et persistante à l’autre sexe ; B. Sentiment persistant d’inconfort par rapport à son sexe ou sentiment d’inadéquation par rapport à l’identité de rôle correspondante. Ce qui est socialement exact, lié à une tradition historique, va devenir cliniquement exact, non lié à une tradition et une société, ce que démentent l’anthropologie et la recherche de terrain par les collectifs et les chercheurs-euses. En France, le début du contrôle est historiquement lié au mariage de Coccinelle et non par le nombre de demande ou l’inefficacité des suivis se réduisant à une réaffirmation du « modèle de société ». Les attendus de la psychiatrie manquent totalement. Répondre à cette demande oblige donc à constituer des dès lors que le « fait trans » devient socialement visible. L’étude du Président Scherber par S. Freud va devenir ainsi, ce cas princeps après coup que va compléter Lacan. Dès lors, les définitions vont se succéder mais toutes empruntent à une pathologisation du sujet.

Les modalités de la prise en charge suivent fidèlement la crispation qui perdure dans cette hésitation entre « valider un délire » ou répondre pragmatiquement dans le sens du modèle « binaire » de société qui vient constituer en creux un sujet non-sujet. A partir des années 80, on opère en France mais elles sont strictement cadrées par la règle d’indisponibilité de l’état de la personne instituée en loi juridique et sociosymbolique et non par un cadre médical. Le « légal » d’une norme surplombante vaut pour diagnostic non du transsexualisme (de l’aveu des psychiatres, il est toujours cette « énigme ») mais du cadre de contrôle. Outre la totale dépendance à un psychiatre composant sa « compétence » en décidant qui est qui, triant transsexes et transgenres sur quelques critères, les opérations sont régulièrement ratées, les chirurgiens déclarant qu’ils « sont sous le coup de la loi » et la législation « mise devant le fait accompli ». Les trans, une patate brûlante ? En terme pratique, le chiffre de quelques personnes opérées par an, cadre en fait l’exercice dans la décennie 80’. On maintient les personnes trans dans un isolement, social comme conceptuel, que même l’intégration dans le nouveau genre peine à asseoir la reconstruction psychosociale d’où le chômage récurrent. Le sujet trans doit rester une exception silencieuse sans recours que va partiellement rompre la condamnation de la France par la cour européenne en 1992 lui enjoignant une solution administrative au problème des papiers d’identité. Les valeurs associées à des formes d’identités historiquement datées et institués en sont l’enjeu d’un débat politique et non un débat scientifique et philosophique.

Une telle décision est une décision de société et non une (simple) décision politique. La dépsychiatrisation prend le sens d’un changement de société et un exemple parmi d’autre des savoirs queers reformulant ces formes et instillant ce « trouble » dans l’ordre des genres alignés sur la croyance de la différence fondatrice des sexes . La France est le premier pays au monde à sortir le transsexualisme de la liste des affections psychiatriques ? Elle va devoir revenir sur tous les discours, thèses, théories qui ont composé une opprobre culturelle de fond telle que la HALDE (Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l’Egalité) hésite encore et toujours à prendre parti et faire de la transphobie un crime comme l’homophobie, le racisme et le sexisme.

Maud-Yeuse Thomas

chercheuse indépendante

http://natamauve.free.fr

fondatrice de Sans Contrefaçon avec Karine Espineira


[1] http://www.yogyakartaprinciples.org.

[2] http://europe-liberte-securite-justice.org/2009/07/30/les-droits-fondamentaux-des-personnes-transgenres-doivent-etre-respectes-thomas-hammarberg-commissaire-aux-droits-de-l’homme-du-conseil-de-l’europe/

[3] Karine Espineira, La transidentité. De l’espace médiatique à l’espace public, Ed. L’Harmattan, 2008.

[4] Benjamin, H. Transvestism and transsexualism. Int. J. Sex. 1953.

[5] Stoller R.J. Recherches sur l’identité sexuelle à partir du transsexualisme, Gallimard, 1978. Collection : connaissance de l’inconscient, p. 406. La version anglaise date de 1968.

[6] Küss R. Rapport de la séance du 29 juin 1982.

[7] DSM IIIR, Washington DC, 1984, Paris, Milan, Barcelone, Masson, 1996, pp. 74-77.

[8] OMS, (1993b), F64.x Troubles de l’identité sexuelle, in CIM-10 / ICD-10 Classification internationale des troubles mentaux et des troubles du comportement. Descriptions cliniques et directives pour le diagnostic, Genève, Paris, Masson, p. 123.

CFP – Du front à l’asile. Expériences de la folie de la Grande Guerre aux années vingt

Comment l’asile a-t-il traversé la Grande guerre ? Est-il possible de parler de l’expérience des soldats internés durant le conflit et parfois pour de longues années ? L’historiographie la plus récente et la mémoire professionnelle, insistant toutes deux sur le rôle majeur de la Seconde Guerre mondiale comme matrice de la révolution psychiatrique du XXe siècle, ces questions portant sur la période précédente sont pour l’essentiel restées incongrues ou inopérantes.

Cette journée d’études prospective propose d’interroger la place de la Grande guerre dans cette histoire en s’ouvrant aux autres disciplines, aux problématiques issues de l’historiographie portant sur le premier conflit mondial, et en se nourrissant des travaux des historiens anglo-saxons et allemands qui montrent pour d’autres pays européens comment la Grande guerre a pu contribuer à transformer les pratiques psychiatriques et les conceptions scientifiques, le vécu des sujets et leur place dans l’institution. Sans privilégier une source en particulier, il s’agira donc au cours de cette journée de travailler selon deux axes de recherche : l’expérience institutionnelle asilaire de la guerre et son impact dans l’entre-deux-guerres, la description de l’expérience individuelle et familiale de la folie du front à l’asile.

For more informations, click here.

Folie violente/folie dangereuse au XIXe siècle : de la fureur à la dangerosité (Nancy)

La dangerosité est devenue aujourd’hui un critère essentiel de classement des individus dont les malades mentaux, mais aussi les délinquants, font largement les frais. Ce concept crée un espace nouveau où crime et trouble mental, médecine et justice, punition, prévention et soin, asile et prison enfin, tendent à se fondre suivant une logique nouvelle qui est celle de la gestion des risques. Le rapport des sujets-citoyens à l’État en est transformé en un sens qui renvoie au pouvoir de normalisation défini par Michel Foucault. Cette journée d’études se propose de revenir sur l’émergence relativement récente de cette idée.

Si l’occurrence date du xxe siècle (1969), le concept émerge à la fin du xixe siècle, aux confins du droit et de la médecine, face à une justice qui à partir des années 1880 se détourne de la morale spiritualiste de la faute pour s’attacher à la protection de la société — la défense sociale — individualisant les peines en fonction de critères psychologiques. C’est dans ce contexte que l’on propose de nouvelles formes d’hôpitaux-prison, que l’on discute des articles 18 et 19 de la loi de 1838 sur l’internement d’office et que les médecins-experts sont requis par les cours d’assises pour estimer l’anormalité et la dangerosité des délinquants, dans le cadre de conceptions médicales qui insistent sur les déterminismes biologiques et la dégénérescence.

Pourtant l’idée d’un danger potentiel de la folie, ou d’une violence inhérente à la folie, n’est pas nouvelle. Elle est contenue dans un terme très ancien, la fureur, d’origine également médicale et juridique qui au contraire disparaît au cours du xixe siècle.

L’objectif de cette journée d’études est de cerner les logiques qui président au passage de la fureur à la dangerosité et les traductions institutionnelles qu’elles autorisent tant du côté de la médecine que de celui de la justice.

Programme

Matinée 10h-12h

1 Danger, fureur, dangerosité : généalogie d’un concept

  • Pascal Vielfaure, Pr., Université Montpellier 1, « Dangerosité et défense sociale : évolution des conceptions juridiques »
  • Hervé Guillemain, MCF, Université du Maine, « Des furieux briseurs de croix au parricide de Mansigné. Aperçus sur les conceptions de la  “dangerosité” masculine à l’asile du Mans »
  • Laurence Guignard, MCF, Université Nancy2, « La dangerosité aux Assises avant la Défense sociale (1860-1880)»

Après midi 14h-16h

2 Les figures du danger

  • Philippe Artières, Chargé de recherches, CNRS (Lahic-UMR 2558), « Dangereuses  écritures »
  • Aude Fauvel, Postdoctorante, Max Planck Institute for the History of Science, « Les femmes peuvent-elles être dangereuses ? Misogynie, psychiatrie et justice en France et en Grande-Bretagne »
  • Jean-Christophe Coffin, MCF, Paris V, « La construction du fou dangereux : entre la biologie et la nécessité sociale »

16h30-18h

3 Internement/prison : les moyens de la régulation

  • Delphine Moreau, Doctorante, EHESS, « Violence normale et violence anormale dans un service « ordinaire » d’hospitalisation psychiatrique »
  • Véronique Fau-Vincenti, CNRS – Musée d’histoire vivante de Montreuil, « Avant les UMD : les asiles pour aliénés criminels; Gaillon 1876 et Villejuif en 1905 »

Discutants : Samuel Lézé (Anthropologue, CNRS-IRIS), Yves Mausen (Historien du droit, Pr. Université Montpellier-1)

For more informations, click here.

Les malades dans l’Institution psychiatrique au XXe siècle (7 avril 2010)

Les malades dans l’Institution psychiatrique au XXe siècle
Abbaye de l’Epau – 7 avril 2010
Programme des interventions
  • Aude Fauvel (Maison française d’Oxford), « Bedlam ou Charenton ? Vivre à l’asile en 1900, témoignages de patients français et britanniques ».
  • Isabelle von Bueltzinglsoewen (Maitre de conférences à l’université Lyon II), « Les débats sur l’internement dans l’entre-deux-guerres »
  • H. Guillemain (Maitre de conférences à l’Université du Maine), « Charles et Félix. Figures du bon malade : du secrétaire au délégué de pavillon. »
  • Emmanuel Delille (Institut für Europäische Geschichte, chercheur associé au Centre Marc Bloch de Berlin), « Le Bon Sens (1949-1974) de l’Association d’Entraide Psycho-Sociale Féminine d’Eure et Loir : expression, intégration, puis détachement des malades vis-à-vis du service d’Henri Ey ».
  • Benoit Majerus (FNRS Université libre de Bruxelles), « Dire la folie. Expériences de patients psychiatriques (1930-1980)».
  • Jean Christophe Coffin (maitre de conférences à l’Université Paris V René Descartes), « Face à la violence du patient. Permanences, évidences, recompositions ».
  • V. Guérin (université d’Angers), « La Mise en place de la sectorisation : une transition dans l’organisation de l’hôpital psychiatrique et dans la vie des malades : Sainte-Gemmes-sur-Loire 1971-1977. »
  • Nicolas Henckes (sociologue, Cermes, CNRS/INSERM/EHESS/UPD), « Entre « nos malades » et « le docteur », l’UNAFAM et la représentation des familles face à la psychiatrie, 1960-1990 ».
  • C. Fromentin (Médecin, ASM 13), « Les hearing voicers »

For more informations, click here.